Designation Construction d’une nouvelle entrée, un bâtiment d’accueil, des salles d’enseignements supplémentaires, une bibliothèque, un CDI et une demi-pension de 750 repas à production traditionnelle sur place avec self, l’aménagement du parvis et d’un patio central.
Maitrise d’ouvrage : Conseil général de l’Essonne
Architectes mandataires « Atelier d’Architecture et d’Urbanisme Marjolijn BOUDRY & Pierre BOUDRY »
SU1 949 m² neuf ; 786 m² restructurés
Avancement : Livraison 2015
Galerie Afficher / Masquer Les Photos


L’extension du Collège est une chaîne de maillons liaisonnant la Cour de récréation haute (nommée actuellement le « plateau ») au corps de bâtiment d’enseignement existant conservé et restructuré.
Elle forme une aile à part entière arpentant le terrain et ses dénivelés pour définir des plateaux fonctionnels clairement identifiés. Ceux-ci s’inscrivent en prolongation et font écho à la topographie existante.
L’imbrication de ces maillons est le support de nouveaux espaces et de communications rétablies au sein du Collège.

Elle établit un rapport riche de vues et de transparences et des équilibres harmonieux entre inserts végétalisés et les pliages métalliques,

Elle apprivoise le modelé du terrain, par la mise en tension des espaces entre la ligne de référence haute du projet (niveau acrotère de l’extension) et la ligne de sol mouvementée, grâce à la mise en œuvre de franges en lanières en métal perforé.

Le rythme de ces lames et leur positionnement sur des plans différents, permettent de séquencer le projet en élévation et transversalement. Il en découle une épaisseur consistante – strate vivante superposée à la stratification géologique-.

L’architecture est poreuse et lumineuse :
La lumière est apprivoisée au coeur du projet par différents moyens et porosités tels que :
Le auvent en tôle perforée, capte et diffuse la lumière sur l’entrée principale. Il signale l’entrée et anime les zones accueil au rez-de-chaussée et pôle scientifique à l’étage.
Les puits de lumière, créent des bains d’éclairement naturel. Au droit de l’escalier principal, un puits de lumière marque la verticalité. En salle à manger des élèves, il marque la distribution
La frange de lanières à l’Est, établit une porosité entre l’équipement et son environnement. Elle homogénéise les imbrications architecturales liées au relief en l’asseyant sur un sol soit en pente soit en terrasse. Elle lui donne un statut de façade principale d’entrée de ville. Cette élévation se termine par le porte à faux du auvent sur le parvis, signal urbain fort de l’Equipement, contre-point architectural à la nouvelle gare routière.
Le patio, infiltre et inonde de lumière de larges espaces et passages en rez de chaussée. Le feuillage léger d’un grand bouleau l’ombrage durant les saisons ensoleillées.

D’une manière globale, des jeux de rampes et de talus, de larges volées d’escaliers accompagnent l’architecture et facilite son dialogue avec le site.