Designation Construction neuve d’un deuxième gymnase de catégorie C encastré dans la colline comprenant un espace dédié à l’escalade, des espaces mutualisés C.O.S.E.C (centre sportif évolutif couvert) de 1536.35 SU, une tribune de 400 places, un logement de fonction et l’aménagement d’un parc en belvédère avec parking de 50 places au-dessus du gymnase. à Saint-Germain-en-Laye
Maitrise d’ouvrage : Ville de Saint-Germain-en Laye
Architectes mandataires « Atelier d’Architecture et d’Urbanisme Marjolijn BOUDRY & Pierre BOUDRY »
SU 2079 m²
Avancement : Livraison 2013
Galerie Afficher / Masquer Les Photos
<


Articulation Ville/Nature/Paysage :
Le projet du Gymnase établit la charnière, l’articulation spatiale entre le point haut du vallon et le point bas par une stratification Ouest- Est du programme selon les courbes de niveau.
Le Gymnase des Lavandières est orienté sur la future coulée verte et offre l’opportunité au COSEC d’ouvrir ses salles de sports sur le vallon.
A savoir :

  • Il définit une assise haute, « la placette et le parc en promontoire » permettant de liaisonner le COSEC existant au Gymnase des Lavandières et de percevoir ces deux entités comme un seul équipement, soit « un complexe sportif » à l’échelle de l’enjeu urbain.
  • Il déroule le nouveau programme « en cascade » sur le flanc de la colline par une succession de strates programmatiques affleurantes. Cela donne naissance à des strates de paysage en écho avec le vallon du Ru de Buzot, permettant une lecture et une visibilité dans le sens des courbes de niveaux et engendrant des parcours doux et reposants aménagés de paliers.
  • Le projet est orienté sur le vallon et la coulée verte et en fait partie intégrante de manière à ce que le dialogue spatial s’opère et que les liaisons transversales fonctionnent.

La colline des sports, un repère dans le paysage :
Grâce au croisement de l’architecture avec la nature, de l’interférence entre l’espace public et la topographie, la « colline des sports » marque son identité et structure le paysage urbain et naturel. Ce dialogue valorise le site et le transforme en parcelle de paysage où la nature est convoquée pour créer des continuités végétales et de relief, des limites, et être le cadre et le support de pratiques de loisirs diversifiés qu’elles soient collectives ou individuelles. La colline des sports représente une polarité forte d’intégration et de communication.

Le volet architectural : le thème de l’eau
Le sol du projet reste fluide et continu, il permet des parcours aisés ainsi que le ruissellement de l’eau de l’amont à l’aval. L’équipement traite néanmoins la récupération des eaux en toiture pour l’entretien du nouveau parc privatif. La grande noue paysagère s’inscrit dans le renforcement des aménagements paysagers du quartier centre et se fait l’écho du ru de Buzot. La façade de la salle multisports capte la lumière. Elle est composée: • d’un rythme vertical d’éléments porteurs minces et élancés, en béton clair. • d’un voile de mailles protectrices métallique côté intérieur en partie Nord, et côté extérieur en façade Ouest pouvant ainsi servir de support à la végétation grimpante. • de grands pans brisés en verre dont la géométrie offre des reflets entre ciel et végétation, évoquant les reflets de l’eau. La salle multisports bénéficie d’une lumière du nord généreuse et stable, d’un faisceau de lumière du Sud en partie haute et de lumière d’Ouest.