Designation Réhabilitation de la Tour 10 située sur l'ilôt A1 et de la Tour 16 située sur l'ilôt D2 du Projet de Rénovation Urbaine "Centre-ville" à Bobigny
SU M2
MO OPHLM de Bobigny
Architectes Mandataires Atelier d'Architecture et d'Urbanisme Marjolijn Boudry & Pierre Boudry
Galerie Afficher / Masquer Les Photos


L’opération de réhabilitation des tours 10 et 16 s’inscrit dans la même démarche architecturale et urbaine que celle qui guide la réalisation des 47 logements.

Les deux tours sont les éléments émergents du paysage d’arrières plans lié directement à la séquence architecturale des 47 logements composant le front urbain longeant le « grand mail ».
Leur verticalité affirmée par la réhabilitation et le nouveau traitement des façades participe (autant que le projet des 47 logements) à la tenue de la « grande longueur » du mail urbain et instaure une dynamique transversale qui liaisonne en profondeur le quartier à l’espace public majeur.

LA GRANDE ÉQUERRE ARCHITECTURALE

Le retournement vertical du socle et de la faille par un pan étroit blanc, se liaisonne au programme des 47 logements au niveau de la noue paysagère, côté de l’Avenue Karl Marx. Cette équerre spatiale liaisonne l’existant au neuf, la verticalité à l’horizontalité. Elle introduit la résidentialisation comme un ensemble urbain équilibré, cohérent prenant tout son sens face à l’espace public du « grand mail ».

L’équerre architecturale se décompose en villas urbaines superposées et en un grand jardin vertical. Elle allie l’urbain minéral et l’urbain végétal pour un « habiter » convivial et contemporain.
4 villas se superposent Avenue Karl Marx. Elles englobent 3, 4 ou 5 niveaux.
Chaque villa comprend de ce fait plusieurs appartements et dispose de balcons agrandis et réaménagés, de vues orientées grâce à des facettes obliques.
Cette façade s’ouvre au grand paysage et sur la ville.
Adossé à l’équerre blanche au droit de la faille, une épaisseur végétale tapisse d’une multitude de petits jardins verticaux familiaux la hauteur de la tour. L’espace vert est amené du cœur de l’îlot au cœur des logements. La lame verte établit aussi un dialogue avec le long mail planté.

La résidentialisation verticale refait vivre les jardins familiaux de manière verticale en recréant la proximité des logements avec leurs jardins privatifs respectifs. Elle permet la continuité des espaces végétalisés par la prolongation du jardin en cœur d’îlot sur la tour.