Designation Réhabilitation et construction neuve de la résidence sociale d’Allonville en périmètre ANRU comprenant 150 logements locatif social (dont 30 logements neufs et 120 logements restructurés), bureaux d’accueils et d’accompagnements + 50 places de parking à l’extérieur.
Maitrise d’ouvrage : ADOMA
Architectes mandataires « Atelier d’Architecture et d’Urbanisme Marjolijn BOUDRY & Pierre BOUDRY »
SHON : 6227 m²
Avancement :
Galerie Afficher / Masquer Les Photos


UN ENSEMBLE INSCRIT AU-DELA DES LIMITES DE SON SITE

Afin de créer un rapport harmonieux et un dialogue urbain entre la nouvelle résidence d’Allonville et son environnement, l’extension joue le rôle d’un rouage urbain spatial.
Son développement en forme de boucle triangulaire inscrite dans le prolongement du corps principal existant permet à la résidence sociale de dialoguer avec son environnement. Elle intègre la direction oblique du bâtiment des « logements d’entreprise ».
Ainsi, elle dessine et cerne, face à la Rue d’Allonville, une anse paysagère accueillante et modelée 

L’extension « rouage urbain spatial » est ancrée au terrain grâce à son socle en gabions et son cœur vert. Le socle détache, petit à petit, au gré de la déclivité du sol, la masse bâtie en mouvement. Il remodèle l’interface entre le construit et les espaces extérieurs, liaisonne -de son assise globale- l’« ancien et le neuf ». Sa porosité laisse les quatre entrées s’infiltrer.

Le projet s’inscrit dans une dynamique architecturale fluide et continue, cohérente et différenciée selon les façades et les niveaux. Un enroulement de métal déployé (cocarde de técu) parcourt la volumétrie habitée. Il l’habille, la souligne, cadre les interfaces, plisse la volumétrie, noue l’ « ancien et le neuf »…

LA CONTINUITÉ DE LA RÉSIDENCE FUTURE

Implantation de l’extension dans le prolongement du bâtiment existant principal
En effet, le bâtiment neuf est aménagé de telle manière qu’un axe central est dégagé par les circulations horizontales et verticales. Les logements sont ainsi distribués de part et d’autre de cet axe.
Chaque bande de logements se prolonge et s’écarte pour laisser place au centre de l’extension à un patio paysagé.

Continuité du traitement du rez-de-chaussée de la résidence permet d’unifier la résidence par :

• Une cocarde de métal déployé qui s’enroule et se plie pour former soit les toitures et pignons de l’extension, soit qui souligne et noue les volumes.
• Un socle en gabions et parois vitrées assoit la résidence sociale. Il marque et identifie chaque entrée.

La résidence sociale est constituée de 4 sous-ensembles autonomes posés sur le socle commun regroupant les fonctions d’accueil et de service.