Designation construction d'un ensemble immobilier d'environ 2500 m² SHON comprenant notamment une trentaine de logements sociaux 3-5 rue Oscar Roty – Paris 15ème
Maître d’ouvrage RIVP
Année 2011
SHON 2790 m²
Galerie Afficher / Masquer Les Photos


PARTI URBAIN, LOGIQUE D’INSERTION DANS LE SITE ET TRAITEMENT DES ABORDS

L’opération définit une séquence architecturale de la rue Oscar Roty. Elle établit, grâce à sa façade modelée un dialogue remarquable entre l’espace public et l’espace résidentiel, conférant à l’ « habiter » une épaisseur paysagère à vivre. Le caractère dentelé de la façade rappelle les différents alignements du construit par rapport à la voie.

Le rez-de-chaussée s’aligne avec le nu de la voie. Cette avancée de l’immeuble constitue un socle qui entérine, dans un mouvement ascendant, l’épaisseur paysagère composée de doubles hauteurs plus ou moins en débord et se jouant des échelles. Ce socle, en avant plan, introduit aussi à la profondeur habitée de la parcelle, séparée par le vide de la cour intérieure de desserte très lumineuse.

En fond de parcelle, les habitations de type intermédiaires dites « maisonnées » sont agencées autour de patios.

PARTI ARCHITECTURAL

L’implantation de l’immeuble et le travail de sa volumétrie accèdent à une grande variété d’orientation des appartements et disposent ainsi des ambiances diversifiées lisibles en façade et une identification de chaque appartement.

Le projet des 34 logements affiche une modernité par le mouvement de volumes regroupables en « entités» de deux niveaux. Ceci grâce à la mise en place de claires-voies articulées et mobiles en métal perforé laissant passer l’air et la lumière.
Il en résulte une volumétrie évolutive des façades au gré de la journée qui se joue des échelles et des proportions, des pleins et des vides ; comprimant et dilatant espace urbain et espace habité. Il en découle aussi une maîtrise des vues et de l’intimité des logements.
Ces façades accrochent la lumière pour la propager dans les appartements ou la réfléchir dans la rue O.Roty.
Leurs rugosités spatiales contrastent avec les immeubles environnants, lisses et monotones. La façade sud vibre au contact de la rue et en constitue l’empreinte réplique.
A l’arrière, des maisonnées sont créées en fond de parcelle. L’espace de pleine terre se situe entre les deux ensembles construits afin de créer une placette intérieure commune généreuse et lumineuse, réalisée en platelage bois. Cette dernière est plantée d’arbres regroupés ou en cépée. Les façades rez-de-chaussée de cet espace sont en lames de bois verticales.

Le projet est une stratification habitée, animée de glissements, aux contours variables, faisant loges sur l’espace public. Ces loges habitées superposées convoquent et réunissent par leurs cadrages neutres et mouvants la « nature urbaine », les logements et les habitants, à une unité supérieure.